DU FLOCON À LA VAGUE, L'ASSO COUP DE COEUR DE WOO

du flocon à la vague et Woo outrigger, oc1 pirogue va'a environnement eco-responsable

Du Flocon à la Vague, bientôt 10 ans, Zoom sur notre association coup de cœur 


Interview de Renaud Hermen, responsable pédagogique de l’association : « Du flocon à la vague »

  Notre marque de pirogue française Woo Outrigger est partenaire du flocon à la vague depuis ses premières actions en 2009. Fabricant de pirogues Polynésienne et Hawaïenne, nous sommes animés par les valeurs et la dynamique des sports d’eau. Aujourd’hui, la recherche de performance oblige les entreprises des sports de glisse à utiliser des matériaux composites peu respectueux de l’environnement. Mais une fois la construction finie, l’impact environnemental d’une pirogue est proche de 0 et permet d’être au plus proche de la nature.  Aujourd’hui, Woo, dans l’optique d’améliorer son impact écologique propose un SAV permettant d’augmenter la durée de vie des pirogues. Nous Utilisons des procédés précis afin de diminuer les gaspillages et la gestion des déchets tient une place importante dans nos ateliers. A l’avenir, Woo souhaite, avec le développement  des résines plus écoresponsable, diminuer son impact sur l’eau et l’environnement. Aujourd'hui, la team Woo, proche de l’Océan et de son écosystème souhaite mettre à l’honneur l’association « Du Flocon à la Vague » et ses actions éco-responsables. 


Du flocon à la vague ça a commencé quand et comment ?

  L’association a été créée en 2008 par Bernard Crepel, Renaud Hermen, Arnaud Boschung, Pascal Daney... sur une idée que Bernard Crépel avait eu avec son ami Albert Delegue. Dés la première édition le soutien de Bixente Lizarazu et de Mathieu Crépel qui ont étaient les deux premiers parrains ont lancé l’aventure. Rico Leroy, rider historique Woo, a fait parti de l'aventure dès nos débuts. Presque 10 ans plus tard, La Water Family à grandie, elle est composée de plus de 150 grand noms du sport, du spectacle, de chercheur, d’entreprises de collectivités qui partagent des valeurs commnunes et surtout l’objectif de former plus de 10 000 scolaires chaque années à la consommation Water responsable, a travers 7 antennes en france.
Le premier événement était l’Odyssée du flocon à la vague en 2009. WOO était déjà partenaire et à l’époque nous avions initié une première course de pirogue dans Bayonne. Elle a ensuite d’ailleurs été reprise par Jean Marc Saint Geours pour la fête de la Nive.


                                                                                               


Quelle est la ligne directrice de votre asso du flocon à la vague ?

  Notre fil directeur est de suivre le cours de l’eau : des flocons, en passant par les rivières jusqu’à la vague. En 2009, nous avons décidé qu’à chaque étape du parcours de l’eau, pendant un village des initiatives Responsable, les sportifs, les scolaires et les professionnels de la protection de l’environnement et de l’eau devaient se rencontrer. Dès 2009, nous avons  inscrit l’événement dans une logique d’éco-conception. Nous avons alors fait un bilan carbone et un bilan eau de l’événement. Il en résultait que 80% de l’impact généré sur notre événement était lié aux transports et à l’alimentation (100 personnes sur 4 jours). Le problème intéressant que nous avons alors relevé était que 95% de la consommation d’eau venait de l’alimentation et des transports générés et non de notre utilisation quotidienne (douche, vaisselle, etc). A partir de ces chiffres, nous avons amélioré l’éco-conception et nous  avons voulu faire passer un message avec un levier bien plus puissant, la protection de l’eau ne passe pas en priorité par l’eau que nus voyons, mais par l’eau indirecte, l’eau lié aux produits que nous consommons.


                                                                                                                                       


Quelles sont vos actions et comment sont-elles mises en place ? 

Nous avons défini 3 projets :


  • La WATER ACADEMIE, est le pôle pédagogique où l’on explique l’eau virtuelle par le programme Consommation Water Responsable. Ce programme, aujourd’hui, c’est 15 000 scolaires en France. Le message principal est de comprendre l’utilisation de l’eau. Par exemple, lorsqu’on utilise 150 litres d’eau par jour à la maison, il y en a, 3000 pour fabriquer l’alimentation et 1000 pour les objets. Donc autant agir sur l’alimentation. Pour cela, on peut, limiter le gaspillage, acheter des produits locaux, du bio, des produits de saison mais surtout des produits qui soient éco-conçu. C’est par cette démarche que l’on a un impact positif sur l’environnement. On en conclu que faire des choses à la maison n’est pas la démarche prioritaire. Passer du bain à la douche c’est déjà bien mais, l’impact le plus intéressant c’est passer du cosmétique standard au responsable (shampoing, déodorant). Lorsque l’on achète du naturel ou du éco certifié, c’est là que l’impact sur l’eau est diminué.
  • WATER EXPERIENCE, nous avons continué notre événement de l’Odyssée, et nous avons développé des séminaires d’éco-tourisme pour que les entreprises puissent, comme nous, réaliser le cycle de l’eau mais en le faisant de façon respectueuse de l’environnement et de la nature.
  • La WATER-EXPERTISE, nous avons développé une politique d’accompagnement pour les entreprises, des collectivités, des acteurs événementielles, pour avoir des outils très simple pour pouvoir agir sur l’eau pour le climat. Ces outils-là sont reconnus par le ministère des sports ou par l’agence de l’eau ou par l’ADEME.

Depuis sa création, les orientations ont-elles changées ? 

  Plus ou moins, nous sommes passé d’un événement qui expliquait la pollution du cycle de l’eau à de l’éducation à l’environnement. Prioritairement, c’est les enfants à qui nous devons donner les bonnes informations pour changer notre rapport à la consommation responsable.
Nous avons aussi développé notre côté « expertise » et « expérience », qui permet de travailler avec les professionnels.



Qui sont les acteurs de l’association et avec qui travaillez-vous sur vos événements ?

  Aujourd’hui il y a 150 grands noms du sport dans l’association. Tous ces champions forment la Water Family. Pour les scolaires, nous travaillons avec l’ensemble des corps de métier de l’éducation scolaire et péri-scolaire. Enfin, nous travaillons avec des collectivités et des entreprises. Il y a une grosse dizaine de collectivités et une grosse trentaine d’entreprises. Il n’y a pas d’adhésion classique à l’association. La Water-Family c’est quelque chose qui est ouvert à tous ceux qui veulent agir.



Quelle démarche avez-vous adoptée avec ces 150 sportifs ? 

Les sportifs ne sont pas des experts en environnement. Nous les formons et ils sont là pour valoriser les bonnes pratiques, notamment des scolaires. Lorsque nous parlons de programme pédagogique, nous allons en classe pour donner notre programme sur la protection de l’eau autour de la consommation responsable. Nous avons un événement qui est l’Odyssée des juniors, qui se déroule partout en France (Pays Basque, Bordeaux, Bretagne, Paris, Alpes, Corse...). Ces événements, rassemblent tous les scolaires qui ont été vu en classe à une grande kermesse l’Odyssée des Juniors. Ils vont rencontrer d’autres acteurs de l’eau et vont choisir des éco-gestes. Ces éco-gestes vont être signés par des champions. C’est-à-dire que les champions vont venir sur les odyssées des juniors où ils ne vont pas faire que du sport. Ils viennent aussi à la rencontre de scolaires pour valoriser leurs éco-gestes. Ainsi, tous les jeunes vont recevoir le diplôme pour rentrer dans la Water-Family, signé par les champions.


L’an prochain ça fera 10 ans qu’a eu lieu la première Odyssée, prévoyez-vous un événement spécial ?

Pour 2019 nous allons lancer une concertation de tous les acteurs qui ont participé  ces 10 dernières années et imaginer un projet commun. On ne connait pas encore le format de l’événement, ça sera soit un gros événement, soit pleins de petits événements sur un mois.

 

Quels sont vos objectifs pour les années à venir ?

L’objectif c’est que tous les enfants de France soient sensibilisés à l’environnement. Si demain nous sommes capable d’avoir un contenu pédagogique validé par le ministère (ce qui est déjà en partit le cas) et que tous les enfants peuvent apprendre à protéger l’eau. Notre but serait atteint. Nous désirons éduquer les enfants de France à une nouvelle consommation, plus responsable.


Comment vous aider et agir en tant que citoyen ?

Pour nous aider, il faut essayer d’être éco-responsable, on peut s’investir dans l’association en étant bénévole ou en venant se former. Il est aussi possible de nous suivre sur les réseaux sociaux, essayer de commencer à comprendre l’impact génial qu’on peut avoir à consommer des produits responsables que ce soit pour notre santé ou pour la qualité de l’eau.